← Tous les articles

La téléexpertise en chiffres

19 novembre 2019

Retour sur neuf mois de collaboration médicale

Le 10 février 2019, après plusieurs années d’expérimentation, la téléexpertise est entrée dans le droit commun : désormais les médecins peuvent être rémunérés lorsqu’ils échangent des avis. Avec cette mesure, l’objectif affiché de l’Assurance Maladie est d’encadrer et d’encourager une pratique qui a de nombreuses vertus pour notre système de soin.

Depuis cette date, Omnidoc permet à tous les médecins de réaliser gratuitement des téléexpertises avec leurs correspondants. Nous facilitons l’échange d’avis et de documents médicaux, nous assurons la sécurité et la traçabilité de l’acte et nous permettons sa facturation. Neuf mois après ses débuts, près d’un tiers des téléexpertises réalisées en France l’ont été depuis Omnidoc1.

Cette expérience nous a permis de tirer plusieurs enseignements2 sur ce nouvel acte médical que nous avons souhaité partager ici.

Une téléexpertise, c’est beaucoup plus rapide qu’une consultation

Combien de temps prend une téléexpertise ? C’est souvent la première question que l’on nous pose. La rémunération (12 ou 20 euros pour le requis) est en effet plus faible que celle d’une consultation, même en secteur 1 (25 euros pour un G, 50 euros pour un APC). Néanmoins, en tenant compte de la durée de l’acte, on obtient un éclairage différent :

Les utilisateurs d’Omnidoc mettent en moyenne 6 minutes à écrire une demande de téléexpertise et 5 minutes à y répondre.

Une téléexpertise est donc presque 4 fois plus rapide qu’une consultation3. Elle n’a pas pour but de la remplacer (comme c’est le cas d’une téléconsultation) puisque c’est la réponse à une question précise, contextualisée, posée par un confrère. Elle est en fait un acte intermédiaire entre le premier et l’éventuel second recours, qui permet au premier de sécuriser sa pratique et au second de mieux trier et prioriser les demandes de prises en charge.

On observe des disparités importantes selon la spécialité de la téléexpertise. En cardiologie, la question (6 minutes) prend significativement plus de temps que la réponse (3 minutes). En dermatologie c’est l’inverse (respectivement 7 et 12 minutes). L’ophtalmologie est la spécialité dont les téléexpertises sont les plus rapides à ce jour (2 minutes). A l’opposé du spectre, on retrouve la psychiatrie avec respectivement 9 et 15 minutes, témoin possible d’une plus grande complexité des avis demandés.

Durée moyenne d'une télé-expertise

De l’importance de l’outil

On pourrait être tenté de généraliser les résultats ci-dessus à l’ensemble des téléexpertises, notamment à celles réalisées uniquement à l’aide d’une messagerie sécurisée, mais cela serait négliger l’impact significatif de l’outil utilisé.

Omnidoc décharge en effet les médecins d’un certain nombre d’étapes administratives obligatoires. Un compte-rendu est par exemple généré automatiquement à l’issue de l’échange et les utilisateurs peuvent l’ajouter à leur dossier patient en un clic. De même, les données d’identification du requérant sont collectées une seule fois, à l’inscription, et transmises automatiquement au requis à l’issue de la téléexpertise.

Pour mesurer l’importance de l’outil, on peut prendre l’exemple des données administratives du patient. Ces données sont nécessaires à la facturation de l’acte. Sur Omnidoc le requérant peut les remplir manuellement ou via la carte vitale. L’impact sur la durée de la demande est significatif : de 6,1 minutes dans le cas manuel, la durée moyenne passe à 4,6 minutes avec la carte vitale, soit une diminution de près de 25% !

Plateforme de télé-expertise Omnidoc

Pour le délai… cela dépend du requis !

Le délai moyen entre l’envoi de la demande et la fin de la téléexpertise est de 17 heures. Ce chiffre varie en fait grandement en fonction du médecin requis et du projet médical qu’il a mis en place. Certains répondent très rapidement, entre deux consultations. D’autres attendent un moment propice dans la journée ou dans la semaine. Une statistique illustre cette disparité : un quart des téléexpertises obtiennent une réponse en moins de 3 heures, un quart prennent plus de 5 jours.

Nous conseillons aux médecins de communiquer auprès de leurs requérants les délais auxquels ils doivent s’attendre, le but étant d’éviter que des demandes ne soient pas traitées à temps. De même, il est préférable d’informer son réseau de ses congés. Sur Omnidoc, il est possible de configurer un message d’absence pour le faire automatiquement.

1,8 documents et 318 caractères2

La demande moyenne contient 1,8 pièces jointes et 318 caractères. La réponse contient 172 caractères en moyenne. On retrouve des différences importantes selon les spécialités : les demandes en ophtalmologie contiennent beaucoup de documents (4,4) et peu de mots (40 caractères), à l’inverse les demandes en psychiatrie sont presque exclusivement écrites (0,5 document et 1 289 caractères). Entre les deux, la dermatologie et la cardiologie font appel à environ 1,5 et 400 caractères. Ces chiffres sont un reflet de la diversité des situations médicales pour lesquelles une téléexpertise est envisagée et montrent l’étendue des usages possibles au bénéfice des patients.

Ils permettent également d’expliquer les écarts de durée observés ci-dessus : plus la téléexpertise se base sur des photos / documents, plus elle est rapide.

Durées moyennes de télé-expertises

Si vous avez des questions sur le contenu de cet article ou si il y a d’autres informations que vous auriez aimé y trouver, n’hésitez pas à nous écrire via contact@omnidoc.fr.

 


  1. Source : https://www.legeneraliste.fr/actualites/article/2019/10/05/tele-expertise-6-mois

  2. Les téléexpertises contiennent de données extrêmement sensibles (des données personnelles de santé) qui sont très réglementées. En particulier l’accès à ces données doit être protégé par une authentification forte, elles doivent être stockées chez un hébergeur certifié pour l’hébergement de données de santé (nous utilisons Claranet) et être chiffrées en base. En pratique, seules deux personnes peuvent accéder au contenu d’une téléexpertise, le médecin requérant et le médecin requis, et Omnidoc n’a pas accès à l’identité du patient ni aux données médicales (documents et messages échangés). En revanche nous avons la possibilité de collecter un certain nombre de données techniques (durée de l’acte, nombres de documents échangés…) qui nous permettent de mieux comprendre l’usage et d’améliorer continuellement la solution. Ce sont ces données que nous avons utilisées pour l’écriture de cet article.

  3. 17 minutes en moyenne pour une consultation de médecine générale d’après une étude réalisée par Doctolib.