← Tous les articles

16 septembre 2020

Équipes de Soins Spécialisés, de quoi parle-t-on?

Équipes de Soins Spécialisés, de quoi parle-t-on?

C’est la dernière née des organisations territoriales de la médecine libérale. La notion d’Équipe de Soins Spécialisés ou ESS a été introduite dans la loi du 24 juillet 2019 relative à l’organisation et la transformation du système de santé. Elle vient compléter la notion d’Équipe de Soins Primaires (ESP), qui existe depuis 2016. Alors que cette dernière est constituée de professionnels de santé de premier recours, l’Équipe de Soins Spécialisés vise à rassembler et à coordonner les médecins spécialistes hors médecine générale.

La mission des ESS

Si sa mission est large et ambitieuse, l’ESS ne fait l’objet que de quelques lignes dans la réglementation :

« Une équipe de soins spécialisés est un ensemble de professionnels de santé constitué autour de médecins spécialistes d’une ou plusieurs spécialités hors médecine générale, choisissant d’assurer leurs activités de soins de façon coordonnée avec l’ensemble des acteurs d’un territoire, dont les équipes de soins primaires, sur la base d’un projet de santé qu’ils élaborent entre eux. »

« L’équipe de soins spécialisés contribue avec les acteurs des soins de premier recours à la structuration des parcours de santé. »

Cette absence de cadre peut être un avantage puisqu’elle laisse une forte autonomie aux médecins dans la définition de leur projet. Cela contraste avec les CPTS (Communauté Professionnelles Territoriales de Santé) dont les missions sont définies précisément et dont les financements sont conditionnés aux succès de ces missions.

En regardant de plus près les différents projets d’ESS en activité ou en développement, on peut néanmoins identifier trois missions socles :

  1. Favoriser l’accès de la population aux soins spécialisés grâce à la coordination avec les organisations de premiers recours

Le manque de spécialistes se fait de plus en plus criant dans certaines régions et les délais s’allongent. Il est souvent très difficile pour les médecins généralistes d’obtenir un rendez-vous spécialisé rapidement et les patients sont envoyés aux urgences faute d’alternative.

A l’instar des CPTS dont la première mission est d’assurer une permanence des soins de premiers recours, les ESS doivent permettre une prise en charge en ville des besoins spécialisés urgents et semi-urgents. Une collaboration entre les médecins spécialistes est pour cela indispensable et implique un moyen de filtrer, trier et allouer les demandes de prises en charge.

  1. Coordonner les parcours patients en partenariat avec les centres de références hospitaliers

Certains patients nécessitent une prise en charge à l’hôpital où les médecins disposent de plateaux techniques plus lourds. D’autres patients en revanche devraient plutôt être pris en charge en ville. Les ESS ne cherchent pas à concurrencer les réseaux hospitaliers ; au contraire elles ont pour mission d’améliorer la collaboration entre les spécialistes libéraux et l’hôpital afin d’améliorer l’orientation des patients et la gradation de l’offre de soin.

  1. Développer les programmes d’échanges et de formation entre spécialistes

Les médecins sont de plus en plus spécialisés et la connaissance médicale croît de manière exponentielle. Pour favoriser la formation continue des médecins, les ESS doivent faciliter l’échange et la collaboration au sein d’une même spécialité.

L'équipe de soins spécialisés dans le système de santé

 

Un exemple d’ESS : les dermatologues-vénérologues d’Ile-de-France

En décembre 2019, les dermatologues libéraux franciliens ont mis en place la première Équipe de soins spécialisés avec le soutien de l’URPS médecins libéraux Ile-de-France et de l’Agence régionale de santé. L’objectif est de faciliter l’accès de la population à un avis spécialisé en dermatologie dans une région qui manque cruellement de dermatologues. D’après une étude publiée par l’URPS en 2019, l’Ile de France a en effet perdu 25% de dermatologues en 8 ans et 62% des médecins encore en activité ont plus de 60 ans.

Cette Équipe de Soins Spécialisés proposera des solutions de prise en charge aux différentes CPTS franciliennes afin d’assurer le recours et la coordination des soins en Dermatologie-Vénéréologie et notamment en onco-dermatologie. L’ARS a accordé un financement de 80 K€ pour les 18 premiers mois de la structure afin qu’elle rassemble les dermatologues libéraux du territoire, s’intègre aux CPTS locales et développe des partenariats avec les centres de référence hospitaliers franciliens, publics et privés.

Un outil au service des ESS : la solution de téléexpertise Omnidoc

La téléexpertise est un levier essentiel à l’essor et l’accomplissement des ESS. La téléexpertise, c’est un échange d’avis à distance entre médecins. Depuis février 2019, c’est un acte médical à part entière, encadré et rémunéré.

Pour le médecin qui donne l’avis (le médecin “requis”) la téléexpertise est un moyen de trier et prioriser les demandes de prise en charge. Certains cas pourront être traités à distance ; d’autres devront être vus au cabinet - potentiellement en urgence dans un des créneaux prévus à cet effet -, enfin certains patients seront directement redirigés vers l’hôpital. Pour le requérant, cela permet dans tous les cas une prise en charge plus rapide et une meilleure orientation de son patient. Alors que le manque de médecins se fait de plus en plus sentir dans certaines spécialités, la téléexpertise est devenue un enjeu majeur. Les Équipes de Soins Spécialisés constituent le maillon territorial le plus adapté à la prise en main et au développement de cette pratique.

Cela soulève néanmoins plusieurs questions techniques et organisationnelles. Techniques d’abord : les médecins réalisent des téléexpertises au milieu de leur journée, entre deux patients. Les différentes contraintes juridiques et administratives peuvent alourdir l’acte alors qu’il doit rester aussi simple et rapide qu’un SMS ou un coup de fil. Organisationnelles ensuite : comment faire travailler ensemble des médecins libéraux répartis sur un territoire ? Comment assurer une permanence des soins, un partage des tâches, une bonne orientation des patients en fonction des disponibilités et des spécificités de chaque médecin ? Comment permettre une redirection rapide vers l’hôpital lorsque c’est nécessaire ?

La solution Omnidoc répond justement à ces enjeux techniques et organisationnels. Elle permet aux médecins de réaliser des téléexpertises aussi simplement que s’ils s’échangeaient un email. La solution facilite l’échange d’avis et de documents médicaux, assure le respect des conditions réglementaires (sécurité, tracabilité), décharge les médecins de l’administratif et permet la cotation de l’acte. En conséquence, une téléexpertise complète ne prend que 5 minutes en moyenne sur Omnidoc alors que cela peut représenter 30 à 45 minutes avec une messagerie sécurisée (voir notre article la téléexpertise en chiffres).

Par ailleurs Omnidoc permet la création de réseaux de téléexpertise propres à chaque organisation et à même de répondre aux enjeux territoriaux. Un réseau permet de rassembler les médecins requérants et requis au sein d’une même entité et constitue un canal de collaboration efficient, sécurisé et rémunéré entre les deux. La gestion collective et l’allocation efficiente des demandes sont assurées par un planning de garde et la possibilité de définir des sous-catégories (par spécialité, par territoire ou par pathologie).

Réseaux de télé-expertise Omnidoc

Chaque demande d’avis adressée au réseau peut faire l’objet d’une concertation entre plusieurs médecins si le sujet le requiert. Un second réseau peut également être mis en place entre l’ESS et le Centre Hospitalier du territoire afin de favoriser la coordination entre les spécialistes libéraux et les centres hospitaliers.

L’administration des réseaux peut être allouée à du personnel non médical (par exemple l’administrateur de l’ESS) qui a la charge de mettre à jour la liste des participants et le planning de garde et qui peut exporter les données statistiques pour en étudier l’impact ou le partager avec des tutelles.


Vous travaillez sur un projet d’ESS et vous souhaitez en savoir plus ? Vous pouvez nous contacter via ess@omnidoc.fr ou au 07 52 57 48 09.